Archives septembre 2023

OPSPA : Œuvre Pontificale de Saint Pierre Apôtre

HISTOIRE

L’Œuvre de Saint Pierre Apôtre naît en France en 1889 sur la base de la suggestion de S.Exc. Mgr Cousin, Vicaire apostolique de Nagasaki (Japon). Mgr Cousin, Evêque missionnaire, voulait former des prêtres indigènes, capables d’annoncer l’Evangile et de faire connaître l’Eglise au milieu de leur peuple. Pour cela, il fallait construire et soutenir des séminaires en terres de Mission.

Pour réaliser ce projet, Mgr Cousin s’adresse à Jeanne Bigard et à sa mère, Stéphanie, d’une famille normande aisée.

A la mort de son père, Jeanne vend tous ses biens et les destine aux Missions. Elle se retire avec sa mère dans un petit appartement de deux pièces, se dédiant totalement à l’organisation de prières et de collectes de fonds en vue de la construction du séminaire japonais de Mgr Cousin.

Sa dense correspondance avec de nombreux missionnaires, présents dans différents pays, la porte à vouloir impliquer d’autres groupes de personnes afin de chercher un soutien économique et spirituel à d’autres projets missionnaires. C’est de ces groupes de laïcs catholiques que naît, entre 1889 et 1896, une Association qui deviendra par la suite l’œuvre de Saint Pierre Apôtre. En 1894, Jeanne Bigard publie son premier Manifeste adressé à tous les chrétiens, afin d’encourager cette aide au développement des Missions catholiques. En 1896, le Conseil d’Administration de l’œuvre se réunit pour la première fois et le premier opuscule de propagande est imprimé.

L’Œuvre est officiellement fondée en 1889 dans la ville de Caen, en France. Son siège est initialement transféré à Paris, en 1901, puis à Fribourg, en Suisse. Depuis 1920, le siège de l’œuvre se trouve à Rome.

Le Pape Léon XIII, par la Lettre Encyclique Ad extremas Orientis, recommande l’œuvre à toute l’Eglise et, le 3 mai 1922, le Pape Pie XI déclare l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre pontificale, ensanble des deux précédentes (Propagation de la Foi et Enfance missionnaire).

MISSION – FAQ

L’Œuvre de Saint Pierre Apôtre promeut au sein des communautés chrétiennes la conscience du besoin de développer un clergé local et une vie consacrée dans les Eglises missionnaires de fondation récente.

Elle anime et coordonne la collaboration missionnaire dans toutes les Eglises locales, à travers l’offre de prière, les sacrifices et les ressources financières, afin de soutenir la formation des futurs prêtres, religieux et religieuses des jeunes Eglises, ainsi que la préparation nécessaire de leurs formateurs.

Elle recueille et distribue des aides financières pour soutenir les séminaires et les maisons de formation des jeunes religieux et religieuses, en collaboration avec les communautés chrétiennes locales et sous la conduite de leurs Pasteurs.

La collaboration économique de l’Œuvre de Saint Pierre Apôtre se réalise à travers des Subsides ordinaires pour la subsistance des Séminaristes et Novices, des Subsides extraordinaires pour la construction de nouveaux Séminaires et pour les projets d’autofinancement de ceux qui existent déjà et des Bourses d’Etudes et Intentions de Messe permettant de soutenir les formateurs et leurs programmes d’étude

FAQ – Questions fréquemment posées

Qu’est-ce que l’Œuvre de St Pierre Apôtre?
C’est une institution de l’Église universelle fondée pour sensibiliser le peuple chrétien aux nécessités de la formation du clergé local dans les pays de mission et pour l’inviter à collaborer à la préparation des candidats au sacerdoce et à la vie religieuse.

Comment est née l’Œuvre de St Pierre Apôtre?
Elle est le fruit de la passion missionnaire de Jeanne Bigard et de sa mère Stéphanie qui, à la fin du 19me siècle, posèrent les bases de l’Œuvre en France, en attirant l’attention de toute l’Église sur le rôle indispensable réservé au clergé local dans les missions et en encourageant l’aide spirituelle et matérielle.

Par conséquence, l’Œuvre apparaissant comme une initiative particulière inspirée par l’Esprit, s’est étendue rapidement, grâce à l’appui du Saint-Siège qui lui conféra par la suite le statut d’organisation pontificale (3 mai 1922), afin de lui assurer plus d’efficacité et un caractère plus universel.

Dans quel sens l’Œuvre est-elle pontificale?
Elle est pontificale parce qu’elle est une institution au service du Pape et du collège d’évêques. En vertu de son ministère de Pasteur suprême de l’Église et en communion avec tous les évêques du monde, le Saint-Père a plus que quiconque d’autre la vision globale des nécessités de chaque église locale.

Il lui incombe de rappeler aux autres pasteurs leur responsabilité missionnaire universelle et de les inviter à participer à un effort commun entre eux et ensemble avec lui, en vue de l’évangélisation du monde. Le Pape exerce son autorité sur les Œuvres pontificales missionnaires par l’intermédiaire de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples.

Quelle est l’aide concrète offerte par l’Œuvre de St Pierre Apôtre?
Les aides de l’Œuvre sont attribuées sous forme de subsides ordinaires et de subsides extraordinaires. Les subsides ordinaires sont destinés au fonctionnement normal des séminaires et sont accordés chaque année en se basant sur le nombre de séminaristes.

Les subsides extraordinaires sont accordés pour les constructions de nouveaux séminaires, d’éventuelles restructurations, agrandissements ou d’autres nécessités spéciales du séminaire.

Comment sont recueillis et distribués les fonds de l’Œuvre de St Pierre Apôtre?
L’Œuvre a constitué un fonds mondial de solidarité, alimenté par les offrandes envoyées chaque année par les communautés chrétiennes de 120 pays, où elle réalise l’action de sensibilisation qui lui est propre. Les églises  jeunes, qui sont les principales bénéficiaires des subsides distribués par l’Œuvre, participent également au fonds.

L’esprit qui les anime est le même que celui des premières communautés chrétiennes : « Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre eux selon les besoin de chacun » (Actes 2,45).

Ce fonds exprime le sentiment catholique et celui de la communion ecclésiale. Il s’occupe des nécessités de toutes les églises de mission, en particulier des plus nécessiteuses parce que de fondation récente ou appartenant à des pays pauvres.

Les demandes de subvention arrivent au Secrétariat international de l’Œuvre à Rome qui les classifie selon le continent et le pays de provenance ; ensuite, elles sont soumises à un premier examen qui a pour but de vérifier si les critères requis ont été respectés, particulièrement l’approbation obligatoire des autorités ecclésiastiques du lieu. Ensuite, une proposition de subside est rédigée pour chaque séminaire afin d’être discutée ensuite par les directeurs nationaux des Œuvres pontificales missionnaires au cours de leur assemblée générale annuelle qui a lieu à Rome, au mois de mai, sous le patronage de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples.

Les directeurs nationaux approuvent, tous ensemble, le montant des subsides proposés, qui sont alors envoyés aux séminaires intéressés, par l’intermédiaire de la Nonciature Apostolique.

Qui présente les demandes d’aide financière?
Le Recteur, dans le cas des grands séminaires et des séminaires de propédeutique. L‘évêque ou le Recteur dans le cas des petits séminaires. Les demandes d’aide pour le fonctionnement (subsides ordinaires) doivent arriver avant le 31 janvier, sur un formulaire spécial.

Les demandes pour les constructions, des agrandissements, restructurations et autres nécessités du séminaire {subsides extraordinaires) sont également envoyées sur un formulaire rédigé à but, avant le 31 janvier. Toutes les demandes doivent être expédiées par l’intermédiaire de la Nonciature Apostolique du lieu.

Une aide financière est-elle offerte aux congrégations religieuses?
Bien que la priorité de l’Œuvre soit la formation du clergé diocésain, l’Œuvre pontificale de St Pierre Apôtre concède également des subsides pour la pension de l’année canonique (1ère année)des  noviciats (m/f) situés dans les pays de mission.

Ces demandes doivent être présentées par le/la supérieur/e de la congrégation et envoyées par l’intermédiaire de la Conférence des Supérieur(s)(es) majeur(s)(es) du pays d’origine et doivent être envoyées à notre Secrétariat international par l’intermédiaire de la Nonciature apostolique locale. Toutes les demandes concernant les novices doivent arriver avant le 31 juillet.

Y a-t-il une contribution pour les études universitaires des prêtres déjà ordonnés?
Pour ce qui regarde la formation universitaire du clergé local, l’Œuvre pontificale de St Pierre Apôtre y contribue en offrant des bourses d’études pour des cours de spécialisation, qui sont suivis surtout dans les Instituts supérieurs de l’Afrique.

Les prêtres des pays de Mission qui fréquentent les Universités romaines et qui sont logés dans les collèges missionnaires de la Fondation pontificale Domus Missionalis (Collège St Pierre Apôtre, Collège St Paul Apôtre, Collège Saint Joseph), sont subsidiés par le fonds de la Journée Missionnaire Mondiale géré par l’Œuvre pontificale missionnaire de la Propagation de la Foi. Les évêques qui désirent présenter des candidats pour ces collèges doivent introduire la demande auprès de la Congrégation de l’Evangélisation des Peuples, avant le 31 décembre.

La même opportunité d’études supérieures est-elle offerte également aux religieuses?
Le même fonds de la Journée Missionnaire Mondiale subsidie aussi le Collège Mater Ecclesiae, de la Domus Missionalis, à Castel Gandolfo (Roma), qui accommode les Religieuses provenant des pays de Mission. Les Supérieures de congrégations qui désirent envoyer des religieuses à faire des études à Rome, peuvent envoyer une demande à la Directrice de ce Collège, toujours à travers la Nonciature apostolique. La date limite de présentation des demandes est la même que celle pour les prêtres (31 décembre).

L’Œuvre de St Pierre Apôtre intervient-elle dans les situations d’urgence?
Les interventions de l’Œuvre font partie d’une coopération planifiée et régulière qui quand même n’exclut nullement la concession d’aides pour des nécessités particulières et imprévues dans le contexte spécifique de sa mission.

Comment peut-on aider l’Œuvre de St Pierre Apôtre?
Le témoignage d’une vie inspirée par l’évangile, l’offrande de sacrifices, la prière quotidienne et l’engagement concret, même dans le cadre de la propre communauté, pour la promotion de nouvelles vocations à la vie sacerdotale, religieuse et missionnaire, représentent certainement les moyens principaux par lesquels s’exprime la force de l’Œuvre.

Puisque tous les baptisés sont appelés à collaborer à la mission universelle de l’Église, l’Œuvre s’adresse à tout le peuple de Dieu : familles, communautés de base, paroisses, écoles, mouvements, associations, groupes ecclésiaux, évêques, prêtres, religieux/ses et laïcs.

L’aide économique est tout aussi importante, entièrement libre et selon les possibilités de chacun. Les offrandes, héritages, etc…  peuvent être confiés à la Direction nationale des Œuvres pontificales missionnaires (Œuvre de St Pierre Apôtre) présente dans chaque pays.

Où peut-on s’adresser pour obtenir d’autres informations sur l’Œuvre?
On peut s’adresser directement au Secrétaire général de l’Œuvre.
Secrétariat International de l’Œuvre Pontificale de St Pierre Apôtre
Via di Propaganda 1/c 
00187 ROMA
Tél.: 06/69 88 02 28 Fax: 06/69 88 01 08 
E-mail: bigard@pospa.va
Web Site: www.ppoomm.va/fr.html

OPPF : Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi

1. HISTOIRE

L’OPPF est l’une des quatre Œuvres Pontificales Missionnaires fondée en France, en 1822, sur la base de l’intuition de Pauline Marie Jaricot.

QUI ETAIT PAULINE ?

Née à Lyon, le 22 juillet 1799, Pauline M. Jaricot reçoit une bonne éducation chrétienne. Grâce à son frère, Phileas, un étudiant qui se préparait à partir comme missionnaire en Chine, elle connaît la situation critique dans laquelle versaient les missions. A 17 ans seulement, elle fit vœu de chasteté de manière privée et décida de se prodiguer résolument afin de soutenir l’activité des missionnaires. 
En 1817, elle organisa les premières collectes en faveur des missions et promut un grand mouvement missionnaire fondé sur une spiritualité qui dépasse bientôt les frontières de la France pour s’étendre au monde entier.

Sa vie a été entièrement illuminée par la foi et vécue dans l’amour de Dieu et l’engagement en faveur de l’aide aux plus nécessiteux sous toutes les latitudes. Elle meurt à Lyon le 9 janvier 1862. Le 25 février 1963, Saint Jean XXIII a proclamé Pauline Marie Jaricot «Vénérable».

L’ŒUVRE

L’Œuvre naît officiellement le 3 mai 1822, à Lyon, sous le nom d’Association de la Propagation de la Foi. Un siècle plus tard, jour pour jour, le 3 mai 1922, elle reçoit du Pape Pie XI le titre de Pontificale. Ses bureaux centraux sont transférés à Rome afin de mieux collaborer avec la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à la promotion de l’esprit et de l’activité missionnaires.

2. LA MISSION

La mission de la Propagation de la Foi est de susciter au sein du peuple de Dieu un esprit authentiquement universel afin de faire croître au sein des Eglises locales une conscience missionnaire selon la dimension naturelle de l’Eglise.


L’Œuvre de la Propagation de la Foi a pour but d’ouvrir le cœur de tout croyant à la grandeur de l’horizon missionnaire, par l’intermédiaire du soutien, spirituel et matériel, à l’annonce du Royaume de Dieu.

Par un engagement constant et énergique de formation et d’animation missionnaire, elle promeut :

  •  la spiritualité missionnaire qui, par la prière et le sacrifice, contribue à raviver l’ardeur missionnaire des communautés chrétiennes et des fidèles par l’intermédiaire de la méditation de la Parole de Dieu, de l’Adoration eucharistique et du Rosaire missionnaire.
     
  •  la solidarité par l’intermédiaire de la contribution au Fonds universel de solidarité pour l’Evangélisation du monde, en particulier dans le cadre de la Journée missionnaire mondiale, qui est célébrée chaque année l’avant-dernier Dimanche d’octobre, un événement permettant au peuple de Dieu de participer à la catholicité de l’Eglise. Le Secrétariat international de l’OPPF a pour mission de solliciter les Eglises locales à s’ouvrir à la coopération missionnaire universelle et de distribuer, au nom du Pape, ce qui est recueilli dans le monde entier dans le cadre de la Journée missionnaire mondiale, mettant en évidence par ce geste la prescription du Concile Vatican II, qui a exhorté tout croyant à entrer personnellement dans le dynamisme missionnaire de toute l’Eglise.
Le Directeur National des OPM

Cité du Vatican (Agence Fides) – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 6 janvier 2019, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Côte-d’Ivoire pour un quinquennat (2019-2024) le Père Jean Noël Gossou du clergé du Diocèse de Yopougon.
Le nouveau Directeur national est né le 20 décembre 1971 et a été ordonné prêtre le 21 décembre 2002 en la Cathédrale de Yopougon. Après son ordination, il a exercé son ministère pastoral dans un certain nombre de Paroisses et, depuis 2006, dans le Diocèse de Palerme (Italie). En 2009, il a obtenu une Licence et en 2013 un Doctorat en Théologie pastorale près la Faculté pontificale théologique de Sicile sise à Palerme. En 2010, il a également obtenu dans cette ville un mastère en bioéthique. De 2014 à 2018, il a été Directeur diocésain des Œuvres pontificales missionnaires, de l’Action catholique et de l’Apostolat des laïcs. (SL) (Agence Fides 14/03/2019)

Qui sommes nous?

Les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) ont pour but de promouvoir l’esprit missionnaire universel au sein du Peuple de Dieu. Il leur revient la tâche première de donner une impulsion à la coopération, pour harmoniser les forces missionnaires et garantir une distribution équitable des aides financières qu’elles reçoivent pour la mission de l’Église dans les pays les plus démunis. 1100 diocèses sur les 5 continents reçoivent, par les Œuvres Pontificales Missionnaires, l’aide nécessaire à leur mission d’évangélisation.

  • Comme le rappelait le pape François en recevant les directeurs des Œuvres Pontificales Missionnaires, « Les Œuvres Pontificales Missionnaires, avec le charisme qui les caractérise, sont attentives et sensibles aux besoins des territoires de mission et en particulier aux groupes humains les plus pauvres. Ce sont des instruments de communion entre les Églises favorisant et réalisant un partage de personnes et de ressources économiques ».
  • Plus de 140 pays ont une direction nationale des Œuvres Pontificales Missionnaires. Et depuis leur fondation, les Œuvres Pontificales Missionnaires ont comme objectif principal le soutien de l’évangélisation proprement dite, sans exclure cependant l’aide dans le domaine caritatif, social, médical, etc. Elles soutiennent les communautés catholiques (diocèses, paroisses, institutions et associations ecclésiales) dans les pays dits « du Sud » afin de les aider à faire face, en priorité, à leurs engagements pastoraux.
  • Les projets ou les demandes d’aide, sont présentés par l’Église locale au Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires (du pays concerné) qui prend en compte les besoins exprimés, et, en accord avec l’évêque du lieu, présente les demandes aux Œuvres Pontificales Missionnaires au niveau international. Ceci permet un équilibre du partage et permet aux plus lointains d’être aussi soutenus.

Œuvres Pontificales Missionnaires,
4 Œuvres réunies au service de la Mission :

  • L’œuvre pontificale de la Propagation de la Foi, qui contribue à la vie des diocèses les plus démunis, pour l’évangélisation et la catéchèse. Elle finance plus de 5 000 projets par an dans le monde. 
  • L’œuvre pontificale de Saint Pierre Apôtre, qui aide les séminaristes, les séminaires et les noviciats religieux.
  • L’Enfance Missionnaire, qui invite les enfants à une ouverture universelle et finance des projets liés à l’éducation et à l’évangélisation. Elle finance environ 2700 projets par an dans le monde.
  • L’Union Pontificale Missionnaire, qui participe à la formation missionnaire des prêtres, religieux, religieuses et agents pastoraux.